Ma Normandie

On parle beaucoup de moi dans ce blog, mais prenez le temps aussi de découvrir ma belle Normandie.

Ma Normandie se trouve au nord-ouest de la France avec une superficie de 29 906km2.  Pour être un peu plus précise sur mes origines je me trouve dans la Haute-Normandie dans la région du Pays de Caux. A savoir qu’aujourd’hui la Haute et la Basse Normandie ont été réunifiées.
La Haute-Normandie est la plus belle des régions ! Normal c’est la mienne ! Elle est constituée de 2 départements l’Eure et la Seine-Maritime représentant 1 883 500 habitants et 2% du territoire national.
Maintenant commençons la présentation du Pays de Caux. Le Pays de Caux est très célèbre pour ces nombreuses richesses naturelles et culturelles. Et vous savez quoi ? La cuisine Normande !  Faut au moins y goûter une fois dans sa vie les amis.
La position géographique de ma région permet de pouvoir bénéficier à foison de produits agricoles mais aussi maritimes avec les poissons et les crustacés. Les normands aiment la bonne chère et une cuisine qui se distingue par son riche terroir. L’usage du beurre et de la crème dans la cuisine normande est quasi légendaire. 
La cuisine c’est bien. Mais il y a autre chose : avez-vous déjà vue d’aussi belles bâtisses ailleurs ? Impossible ! 
Le Clos-Masure (prochainement classé à l’UNESCO) est très représentatif du Pays de Caux c’est une construction traditionnelle  qui illustre le mieux l’utilisation des matériaux régionaux. Les colombiers dans les manoirs normands sont aussi très caractéristiques du Pays de Caux. Aujourd’hui on en recense 635 colombiers dans les arrondissements de Dieppe, du Havre et de Rouen. Pourquoi autant de colombiers ? A une époque les pigeons étaient élevés pour leur chair et pour la fiente qui servait d’engrais. Ces édifices étaient surtout un attribut de la noblesse.
Les maisons de maître sont en très grand nombre depuis le XIXème siècle, grande particularité du Pays de Caux. Ce sont des bâtisses en briques dans le bourg ou le chef-lieu de canton, qui prennent la forme d’un pavillon à la façade symétrique. Après on a des maisons plus modestes telles que les longères ou chaumières qui sont très connues.
Le Pays de Caux compte aussi un important patrimoine religieux qui se confirme par la présence  de nombreuses abbayes.
Que serait le Pays de Caux sans … ?  Sans le cauchois bien évidemment qui est un patois normand utilisé dans le pays de Caux.
La gastronomie, un peu de culture c’est très intéressant mais il ne faut pas oublier ce qui passionne toute mon équipe : l’agriculture bien évidemment !

Le pays de Caux est une région propice à l’agriculture notamment dû au climat océanique et aux sols limoneux. Aujourd’hui, les agriculteurs cauchoix pratiquent la polyculture, ils cultivent principalement du blé, du maïs, du lin, de la pomme de terre, de la luzerne, des betteraves à sucre et du colza.


Le Pays de Caux demeure la première région productrice de lin en France. Cette plante textile était déjà réputée au Moyen-Age et est travaillée dans des ateliers domestiques avant l'âge des filatures industrielles. Actuellement, le principal importateur de lin cauchois est la Chine. Le lin, c’est un peu l’or vert de la Normandie qui en est la première région productrice au monde. Sur les 80 % de fibres produites au niveau mondial et provenant de la France, 55 % sont issues de la région normande. Les champs aux fleurs bleues se profilent dans la plaine de Caen (Calvados), dans le Pays de Caux (Seine-Maritime), en passant par l’Eure. La betterave à sucre est la principale culture industrielle. L’élevage bovin pour le lait est également important, alors que l’élevage ovin, autrefois très développé, est actuellement assez réduit.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire